Extraits


Graziella est danseuse. Elle habite Montmartre. (Cliquez sur les liens pour découvrir le quartier…)

entrée Métro Place des Abbesses Montmartre - Place des Abbesses
L'entrée du métro

Graziella dansait sur les trottoirs de Montmartre pour gagner sa vie. Longue et fine, le corps délié, les bras légers comme des ailes, elle captivait ce soir-là tous les passants de la rue. Pourtant il faisait froid. Un froid sec et blanc. Sur la place des Abbesses, les enfants riaient, et les chats fuyaient cette ravissante brune qui osait imiter leur grâce féline.

le moulin de la GaletteMontmartre - Rue Lepic
Le Moulin de la Galette

Graziella dévalait déjà l'escalier. Elle courut jusqu'à la Divette. Son portable affichait vingt heures, le bar était vide, Dimitri n'était pas là. Graziella tapa du pied sur le pavé. Mais qu'espérait-elle ? Qu'il l'attendrait une heure ? Deux heures même à se morfondre en regardant le Moulin de la Galette, ce foutu moulin dont les ailes ne tournaient même pas ! Graziella se trouva stupide, rêveuse, et inadaptée à la réalité de la vie. Brusquement, une sensation de solitude pesa sur ses épaules.

passe-muraille, la statue créée par Jean MaraisMontmartre - Place Marcel Aymé
La sculpture est de Jean Marais

Graziella rebroussa chemin jusqu'à la place Marcel Aymé où la statue de Passe-Muraille sortait du mur. Elle sauta sur le bronze, appuya son pied sur la jambe de l'effigie, vint se blottir dans l'unique bras de la sculpture, ferma les yeux, imagina qu'un homme l'enserrait amoureusement, pensa à Dimitri, s'en voulut de penser à lui, et s'arracha du personnage du grand écrivain.

la statue de Dalida
Montmartre - Place Dalida

Graziella flâna un peu dans Montmartre, emprunta
la petite ruelle du Château des Brouillards, passa devant la statue en bronze de Dalida. Un groupe de touristes s'était agglutiné autour de l'effigie de la chanteuse. Les hommes et les femmes s'agitaient, tournaient, farandole désordonnée autour du buste, prenaient des photos, lançaient à leur idole disparue des regards énamourés. D'autres, plus irrévérencieux touchaient les seins de la statue, et leurs caresses répétées faisaient briller le bronze à l'endroit de la plantureuse poitrine.


la place ClichyMontmartre - Place de Clichy
Samedi matin, place Clichy. Des manifestants, banderoles en main, tentaient de traverser la chaussée au milieu des voitures, des taxis, des motos, des vélib, des cars de police et des bus entremêlés. Une vraie fourmilière ! Au milieu des encombrements, Marion zigzaguait, sa brouette en bois à la main, dans laquelle elle avait disposé ses petits bouquets de laurier, et ses sachets d'herbes aromatiques.
- Ça commence bien ! Ils n'ont jamais vu une brouette !? couina Marion.
- On est ridicule, mais on s'en fiche ! Roule !



le Moulin Rouge Montmartre - Place Blanche
Le Moulin Rouge

Graziella prit la rue de la Chaussée d'Antin, croisa quelques prostituées enrhumées, gravit la rue Blanche, et arriva sur la place du même nom. Des cars bloquaient tout le quartier, et avalaient des flots de spectateurs qui sortaient du Moulin Rouge. Les touristes affichaient des sourires extatiques, la tête pleine de musique, d'images de french cancan, de frou-frou, de plumes, et de filles aux seins nus.