La presse, les critiques, les louanges du roman

le nouveau roman de Valérie Bonnier
- en librairie le 22 mai 2014 -
Éditions France-Empire
ISBN : 978-2-7048-1270-7 / Prix : 15€


Contact presse :
France Empire - Guillaume Pinçon
Tél : 01 40 67 72 90
email : franceempire@gmail.com
- dossier de presse -

Couverture de Montmartre à la Une 3ème trimestre 2014

L'article de Françoise Dupré sur Montmartre à la Une

Oct - NEW : Confidences érotique d'une courtisane
Montmartre à la une (#44) - 3ème trimestre 2014 / la critique de Françoise Dupré :
"Valérie Bonnier, montmartroise et écrivain, les deux on l'aura compris n'étant pas incompatibles, nous propose une libre interprétation de la vie tumultueuse de Liane de Pougy, la plus célèbre et sans doute la plus jolie des courtisanes de la Belle Époque. Rédigées sous forme de lettres destinées à un jeune médecin, réservé et chaste, les confidences de la séduisante Liane vous entraînent à la Belle Époque qui n'eut de belle que le nom. Le libertinage, les mœurs troubles des ecclésiastiques, le pouvoir de l'argent, la pauvreté du petit peuple et la folie meurtrière des deux guerres qui ont ravagé l'Europe s'impriment en toile de fond de ce roman au style vif, ciselé, tranchant. Un érotisme à fleur de plume plane tout au long de ces lettres, une liberté de ton, rare, séduisante au milieu de cette époque coincée où la masculinité règne en « maîtresse» et où la sexualité reste confinée dans l'obscurité.
En corrélation avec notre société française actuelle où tout semble permis mais où pointe un retour à la morale, une violence faite aux femmes et une régression des libertés, le livre de Valérie Bonnier vous invite à la méditation sur la condition féminine à travers ces siècles, le nôtre inclus !
Entrez dans ce livre à l'érotisme brûlant, dans lequel l'auteure vous invite avec émotion et insolence à la rencontre de Liane et de ses riches soupirants : Vous en sortirez, sans doute, comme moi, à regrets..."
Françoise Dupré

l'article de Bernard Morlino sur la République du Livre numérique

Capture d'écran du Blog de Bernard Borlino

La République du Livre Numérique - 5 juin 2014
Blogmorlino - 1er juin 2014
sur le blog de Bernard Borlino : "là où d’autres nous abreuvent d’images salaces, Valérie Bonnier reste littéraire au maximum. Elle se tient toujours au seuil de ce qu’il ne faut pas dire en trop… Les images qu’elle fait apparaître surgissent de la force de son langage sous une apparente douceur…
Valérie Bonnier conduit son récit avec un grand sens du rythme : elle passe du voyeurisme aux scènes actives avec une grande maîtrise de langage qui tient à distance la facile pornographie. Dans son récit, il n’y a que de l’érotisme, de la sensualité et jamais de reality show. Il ne s’agit pas d’épater le bourgeois comme l’on dit. Elle n’en met pas plein la vue…
Valérie Bonnier préfère quand on monte l’escalier, comme Georges Clemenceau. Sacha Guitry n’aurait pas su agir à sa guise avec Valérie Bonnier car elle a du répondant. Son héroïne n’est pas une Marie couche-toi-là. C’est elle qui mène la danse et si elle s’abandonne, elle ne laisse à personne le soin d’éteindre ou d’allumer la lumière, de fermer ou d’ouvrir le verrou. Valérie Bonnier est plus proche de Colette que de Simone de Beauvoir. Colette était une vraie vivante éprise de liberté alors que le Castor a passé son temps à se libérer des chaines de son éducation."

Capture d'écran du blog Fattorius

Fattorius - 23 mai 2014
sur le blog de Daniel Fattore : "la narration progresse avant tout sur la base des relations humaines… Par moments, il est permis de penser à "Nana" d'Emile Zola… Le lecteur percevra une impression de grande diversité et d'inventivité à découvrir les situations mises en scène… l'auteure choisit la voie de la description explicite mais délicate, qui émoustille le lecteur en douceur."

rdmont

la République de Montmartre - 15 mai 2014
Valérie Bonnier, Citoyen d'Honneur de la République de Montmartre, dédicace son roman…

Le livre sur la radio idfm98

IDFM 98 - 15 mai 2014
Quartier de Talent - Valérie Bonnier, interviewée par Mireille Eyermann, parle de son roman.